Pression fiscale sur les citoyens, Gapéri et compagnie tiennent les contribuables par le cou

Henri Gaperi
Henri Gaperi

Henri Gaperi
Henri Gaperi
Une affaire de taxe d’habitation qui angoisse L’Alternative l’avait annoncé.
L’Office Togolais des Recettes (OTR) s’apprête à collecter auprès des Togolais des taxes d’habitation. Plusieurs correspondances ont été envoyées dans les différents services de l’administration publique, mais aussi dans les sociétés privées, pour recenser les habitats des employés afin de leur appliquer les nouvelles taxes.

Quatre mille (4000) francs FCFA seront prélevés sur les concessions, deux mille (2000) sur les studios, six mille (6000) sur les appartements à deux pièces, neuf mille (9000) sur les appartements à trois pièces, trente mille (30.000) sur les villas ou concessions individuelles, quarante mille (40.000) sur les étages à un niveau, soixante-quinze mille (75.000) sur les étages à deux niveaux, cent mille (100.000) sur les étages à plus de deux niveaux, idem pour les étages bâtis sur une superficie supérieure à 600 m2. Cette taxe, établie annuellement, sera payable en deux tranches, au plus tard les 15 premiers jours de chaque semestre.

Déjà étouffés par le poids de la forte pression fiscale, les Togolais semblent être plongés dans une angoisse depuis quelques jours, à l’annonce de la collecte de ces nouvelles taxes. Les interventions sur les radios locales et réseaux sociaux en sont témoins. Cette nouvelle taxe sonne comme une charge de plus que le pouvoir vient rajouter aux autres déjà très pesantes sous lesquelles ploie la majorité de la population.

Il est vrai que sous d’autres cieux, le paiement de cette taxe, qui est d’ailleurs souvent collectée par les municipalités, est entré dans les habitudes. Les habitants la paient et suivent la traçabilité et la gestion de la manne. Ils attendent surtout des services de la municipalité en retour : fourniture de l’eau, de l’énergie, soins de santé, infrastructures scolaires, la collecte des ordures, aménagement des rues et des places publiques, organisation du transport, de la sécurité, etc. Les élus locaux sont évalués par rapport à l’efficacité et au rendement de leur mandat. Si les populations sont insatisfaisantes, les élus sont purement et simplement priés de céder leurs places à d’autres à travers les élections.

Au Togo, la collecte des taxes et impôts apparaît comme un racket forcé, organisé par une certaine mafia qui, après avoir prélevé une partie des maigres revenus des contribuables, disparaît pour ne revenir que lorsque vient de nouveau le moment d’en prélever encore. Aucun compte n’est rendu à la population. Les villes se présentent comme des amas de taudis, et parfois comme de vastes bidonvilles au sein desquelles se distinguent clairement quelques rares villas cossues appartenant aux membres de la fameuse « minorité ».

Aucun citoyen ne peut décrire aujourd’hui avec précision le circuit que suivent ces impôts jusqu’au Trésor public avant qu’ils ne fassent le trajet inverse jusqu’au citoyen. Encore moins les élus du peuple qui, eux-aussi, curieusement, semblent impuissants à exercer de façon rigoureuse leur devoir de contrôle de l’action gouvernementale. Tout ressemble fort à un braquage permanent opéré sur les citoyens et opérateurs économiques, sans que ces derniers n’aient un quelconque recours.

Jusqu’à ce jour, ni les officiels de l’OTR ni les membres du gouvernement n’ont encore officiellement communiqué autour de ces « nouvelles taxes ». Et pourtant, des correspondances sont déjà envoyées dans tous les sens pour collecter des données sur les citoyens. Les rares informations disponibles sont celles qui suintent de temps en temps dans la presse. Et personne n’a été assez intelligent pour juger utile d’engager un dialogue public avec les populations, pour recueillir les préoccupations de celles-ci et voir comment adapter la nouvelle mesure sans lui causer trop de torts et sans provoquer non plus un bras de fer avec elles. Là encore, c’est la force qui est mise en avant, puisqu’on apprend que la délivrance de papiers administratifs devrait bientôt être conditionnée par la fourniture d’un quitus de paiement de la taxe d’habitation.

Avec les nouvelles taxes qui s’annoncent, l’effet immédiat à attendre est la flambée des prix de location. Puisque s’il faut prélever la fameuse taxe des frais de location fixés à un moment où ces taxes n’étaient pas encore collectées, cela réduirait la marge des propriétaires et ceux-ci seront tentés d’augmenter les enchères. Ce qui pourrait avoir des conséquences sur le coût de la vie déjà jugée très élevé par les organisations de consommateurs.

Et parlant justement de frais de location, cela fait des années que le pouvoir promet réglementer le secteur du logement en homologuant les coûts, mais jamais cet engagement n’a été respecté. Tout ce qui semble le préoccuper est comment prendre l’argent du citoyen. On s’intéresse moins à comment alléger le coût de la vie au citoyen et non comment faire pour que ce dernier puisse souffler un tant soit peu.

Jugez-en vous-mêmes, plus de 8.000 transitaires non agréés privés d’activités depuis cette année, plus de 40.000 étudiants dans la rue pour des revendications parfois banales, des populations de l’OTI chassées de chez elles pour aménager de l’espace pour des animaux, des populations de Djagblé contraintes de libérer leurs habitats pour faire place à une exploitation minière, près de 14% des habitants de Lomé livrés à l’extrême pauvreté et 55% de toute la population à la pauvreté, les fonctionnaires toujours en fronde du fait de leurs conditions salariales… c’est dans ce contexte de tension permanente que l’Exécutif se permet de continuer d’imposer de nouvelles charges au citoyen. Sans que les premiers responsables ne soient prêts à se soumettre eux-mêmes à la Constitution qui exige d’eux la déclaration de leurs biens et avoirs. De toute façon, personne n’est disposée à se laisser faire par les méthodes coloniales de perception des taxes et impôts par l’Otr. Les signes annonciateurs d’une déflagration générale sont de plus en plus visibles. Et c’est tant mieux.

Mensah K.
L’ALTERNATIVE – N°491 du 22 Janvier 2016

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.