26 C
Lomé
Friday, September 25, 2020

Quand le couvre-feu et le bouclage sectoriel des villes relancent le débat de la violence gratuite des éléments de la FOSAP sur les populations

Les unes des journaux

Quand le couvre-feu et le bouclage sectoriel des villes relancent le débat de la violence gratuite des éléments de la FOSAP sur les populations
Force Spéciale mixte Anti-Pandémie COVID-19

Le Togo enregistre une montée inquiétante du taux de contaminations du Coronavirus. Les derniers chiffres mis à jour sur le site dédié à la riposte contre la pandémie affichent 363 cas actifs, 919 cas guéris, 27 décès, 1309 cas confirmés. Ces chiffres sont alarmants et indiquent l’insouciance dont font preuve les populations, dans l’exécution de leur habitude de vie. Malgré toutes les sensibilisations qui se font et toutes les dispositions qui se prennent pour éviter le pire, nombreux sont ces Togolais qui ne prennent pas la mesure de la chose. Transformant notamment les cache-nez en cache-menton, les mesures barrières édictées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le gouvernement sont mises à rude épreuve. Ces derniers jours, les préfectures de Sotouboua, Tchaoudjo, Tchamba et Kozak ont battu le record, amenant la Coordination Nationale de Gestion de la Riposte à la COVID-19 (CNGR-C19), structure dirigée par le Professeur Colonel Mohaman DJIBRIL à décider du bouclage sectoriel des villes de Sokodé, Tchamba et Adjengré et instauré un couvre dans les préfectures de Tchaoudjo, Sotouboua et Tchamba, des mesures qui sont entrées en vigueur mardi 25 Août 2020 dernier.

Si dans un premier temps, l’opinion salue la prise de ces décisions qui vont permettre de réduire les risques de contaminations, elles suscitent des inquiétudes. Les décisions telles que prises mettent au centre des opérations, la Force Spéciale mixte Anti-Pandémie COVID-19. Il nous souvient que dans la foulée de l’enregistrement des premiers cas de contaminations, le Chef de l’Etat avait décrété un Etat d’urgence de 45 jours et annoncé un couvre-feu dont les horaires ont connues des réaménagements suite aux réactions des acteurs qui y voyaient une exagération. Ce qui intéresse ici n’est nullement relatif aux horaires. Il s’agit plutôt des conséquences dramatiques de la prestation des éléments de la FOSAP qui, au lieu de protéger les populations, ont plutôt fait usage de la violence sur celles-ci et ôter la vie de pauvres citoyens, sous-prétexte que ceux-ci auraient violé le couvre-feu. Le cas de Koutsouati Koffi Dodji, tué à Adakpamé le 22 avril 2020 reste encore vivace dans les esprits. Les exactions commises par les forces de l’ordre ont été vraiment alarmantes, ayant conduit des organisations de défense des Droits de l’Homme à engager des actions pour que justice soit faite aux victimes.

Aujourd’hui avec la décision de remettre ces agents qui manquent de professionnalisme en action dans une ville de Sokodé par exemple où civile et corps habillés ne font pas bon ménage suite à la récente histoire politique, l’on se demande si ce n’est pas un coup d’envoi qui est donné pour violenter les pauvres populations.

Dans une note rendue public le 25 août 2020, la FOSAP entend faire respecter les dispositions avec rigueur en faisant preuve de pédagogie. Ainsi, le commandant de la force veut compter sur le civisme et le comportement responsable de l’ensemble de la population pour faire respecter toutes les mesures de riposte à cette pandémie afin d’empêcher de nouvelles contaminations au Coronavirus sur l’ensemble du territoire et contenir les différents foyers.

Vivement que ces agents fassent preuve de professionnalisme pour préserver la cohésion sociale en cette période ou le simple fait de soumettre les célébrations diverses notamment le mariage à des autorisations fâche plus d’un.

Source: Actu Express

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo: Qui a peur d’une nouvelle conférence nationale?

Ces derniers temps, certains Togolais de la diaspora, partisans de la Dynamique Mgr. KPODZRO (DMK), se sont répandus sur les réseaux sociaux...

Braquage à Hedjranawoe ce vendredi

Malgré la traque aux braqueurs, ceux-ci continuent de s’illustrer négativement à Lomé et ses environs. Un braquage a eu lieu ce vendredi...

COVID-19: 1297 patients ont recouvré leur guérison

Hier, 7 patients ont encore recouvré leur guérison. Ce qui porte à 1297 le nombre total de patients guéris de Covid-19 au...

Le « président des Indiens » retourne en prison

Raoul le Blanc, le « président des Indiens », comme il aime se faire appeler va retourner en prison. L’influenceur a fait...

Me Célestin Agbogan est libre

Le président de la Ligue Togolaise des Droits de l’homme (LTDH), Me Célestin Agbogan vient de recouvrer sa liberté, a t-on appris. Placé...

Premier conseil des ministres depuis la nouvelle prestation de serment de Faure Gnassingbé

Hier, le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a présidé son premier conseil des ministres depuis sa nouvelle prestation de serment à l’issue...

Conférence de presse de la Dynamique Monseigneur Kpodzro du 22 Septembre 2020

Fulbert Attisso:"nous demandons l'annulation du mandat d'arrêt contre Agbeyomé Kodjo" Brigitte Adjamagbo -Johnson:"le Togo ne devrait pas être un cas spécifique en Afrique" Gérald Adja...

Me Célestin Agbogan placé en garde à vue au commissariat de Tsevié

Me Celestin Agbogan, président de la Ligue Togolaise des Droits de l’homme (LTDH), est placé en garde à vue hier au poste...
- Advertisement -
error: Content is protected !!