Qui sont ces bandits qui agressent aux armes et machettes les togolais

Qui sont ces bandits qui agressent aux armes et machettes les togolais

Qui sont ces bandits qui agressent aux armes et machettes les togolaisPar Rode
Ces deux derniers mois, il est très difficile aux populations togolaises de vaquer librement à leurs occupations. Impossible d’avoir l’assurance totale de sortir et de retourner à la maison, sans subir la loi de ces bandits armés de machettes et armes automatiques qui sèment la terreur au sein des populations. Face à l’incapacité des autorités en charge de la sécurité, à assurer la sécurité des togolais, nombreux sont ceux qui se sont abonnés à la vindicte populaire. Ainsi, lorsqu’on met la main sur un voleur ou un présumé voleur, il est brulé vif.

Ce comportement qui fait entorse au droit de l’homme, notamment le droit à la vie, résulte d’un manque de confiance assez profond entre les populations et les corps habillés.

Ici, il est question de savoir l’identité de ces individus sans scrupule qui se cachent derrière ces actes odieux à travers lesquels les hommes sont tués, leurs corps sauvagement décapités, leurs biens emportés. L’on se saurait répondre à cette question sans revisiter l’emprise politique que les 50 années de dictature ont causée au peuple togolais.

Pour asseoir son dictat, le régime RPT/UNIR a exploité toutes les armes possibles, y compris celle qui consiste à dresser le peuple contre lui-même. Ainsi, des compatriotes sont transformés en de véritables machines à tuer. Ils sont outillés en conséquence par le parti au pouvoir. Tuer était devenu une monnaie d’échanges contre des billets de banques, flambant neuf. A parti de cet instant, tout jeune qui désire s’enrichir de la plus facile des moyens lui imposé est obligé de tuer. Des pistolets, des AK 47, des machettes, des gourdins cloutés ont été fabriqués par le RPT/UNIR pour martyriser les militants de l’opposition. L’exemple des tristes évènements de 2005 en disent long.

Si aujourd’hui, on peut se réjouir de cette accalmie, ce n’est pas sans conséquences, surtout que ces assassins ambulants fabriqués par le système sont devenus des chômeurs, parce que ne tuant plus en désordre, et donc forcément manque de moyens pour assurer leur plein épanouissement. A ceux-ci, on associe les fameux reformés de l’armées qui n’ont autre connaissance professionnelle que la manipulation très facile des armes. C’est ainsi qu’impitoyablement, ces armes qui furent distribués surtout en 2005 sont retournées contre la pauvre population qui ne sait pas du tout à quel saint se vouer. Si l’appareil de sécurité reste impuissant devant cette insécurité monstre, c’est juste qu’il y a des taupes au sein de l’appareil qui sont de mèches avec les bandits. Ils sont au courant et en temps réel des mécanismes de traques que le ministère s’évertue à mettre en place.

Le Togo court ainsi un grand danger qui n’est du qu’à cette façon de concevoir le pouvoir, celle de s’y éterniser, engendrant une minorité qui pille et s’enrichie, contrairement à la majorité qui croupit dans une misère ambiante. Pour mettre fin à l’insécurité, il va falloir que le système qui a régenté le pouvoir jusqu’à ce jour, vide le plancher pour faire place à un nouveau vent qui viendrait mettre fin à l’injustice installée à travers la mauvaise répartition des biens et ressources du Togo.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.