Rupture de la chaîne de stérilisation depuis plusieurs mois au CHU Sylvanus Olympio de Lomé

Rupture de la chaîne de stérilisation depuis plusieurs mois au CHU Sylvanus Olympio de Lomé
CHU Sylvanus Olympio de Lomé

Par Marcelle Apévi, togo-online.net
L’année 2018 aura été pleinement remplie en matière de contestations du pouvoir dictatorial des Gnassingbé. Outre les différents problèmes sociaux qui entraînent des mouvements d’humeurs de différentes couches socio-professionnelles, le CHU Sylvanus Olympio de Lomé fait face à une rupture de la chaîne de stérilisation depuis plusieurs mois maintenant. Cette situation amène malheureusement les chirurgiens à éviter d’attenter à la vie des patients qui doivent subir une intervention chirurgicale. Ce refus d’opérer les patients est une décision capitale pour éviter d’accélérer le décès de ces patients, pas à cause de la gravité du mal dont il souffre, mais plutôt à cause du manque de matériels et la vétusté de la chaine de stérilisation.

Le problème est bien connu des autorités en charge de la santé. Au lieu de trouver une solution efficace et durable au problème, préférence est faite à une certaine contractualisation qui nonobstant les promesses, est loin de constituer une solution au problème récurrent auquel le secteur est confronté.

En plein mandat social, les secteurs prioritaires sont malades et abandonnés dans un état de déliquescence très avancé. Le gouvernement ne réagit pas face au mal. Il consacre le temps à divertir et amuser la galerie avec un programme dit PLAN NATIONAL DE DEVELOPPEMENT (PND).

Le secteur de la santé va mal et seule la majorité des Togolais, c’est-à-dire la majorité malheureusement très pauvre subit cet abandon du système de santé par le RPT/UNIR, au profit d’une minorité qui pille inlassablement et insatiablement les ressources du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.