Statut particulier, condition sine qua non pour une rentrée paisible

Statut particulier, condition sine qua non pour une rentrée paisible
Yaovi Atsou-Atcha

Statut particulier, condition sine qua non pour une rentrée paisible
Yaovi Atsou-Atcha

Par Serge Lemask, togo-online.net
Pour que l’année académique 2017-2018 se déroule en toute quiétude, le corps enseignant du primaire et du secondaire du public doit disposer de son statut particulier. C’est une condition sine qua non.

Reçu hier sur une radio de la place, Yaovi Atsou-Atcha, porte-parole de la Coordination des syndicats des enseignants du Togo (CSET), a été clair sur sa position. Le premier ministre Selom Klassou a fait la promesse de doter les enseignants de leur statut particulier avant la prochaine rentrée. La coordination veut le prendre au mot.

A l’en croire, un comité de rédaction mis en place par le gouvernement s’y attèle pour que le document soit prêt et remis à la coordination dans un bref délai.

Au cas contraire, les enseignants feront usage de leur ultime arme pour faire pression sur le gouvernement. Les grèves, bien entendu !