30 C
Lomé
Saturday, November 28, 2020

Sun Plazza, un pôle d’attractivité confronté à des blocages

Les unes des journaux

Sun Plazza, un pôle d’attractivité confronté à des blocages
Koffi Sylvain Sasse, principal promoteur du projet Sun Plazza

Il est clair pour tous aujourd’hui que le gouvernement seul ne peut développer les villes du Togo. Il faut aussi l’apport des partenaires, des bonnes volontés, surtout des Togolaisde la diaspora qui nourrissent d’ambitieux projets pour leur pays et sa population. Malheureusement, dans ce même pays, se trouvent des individus qui ont leurs crocs dehors, prêts à bondir sur n’importe quelle proie pour se remplir la panse. C’est à ces genres de personnes qu’a affaire la Société de gestion de centre des affaires de Sokodé (SOGECASO), porteuse du projet citoyen et solidaire de construction de pôle d’attractivité économique « Sun Plazza » à Sokodé.

Pour la réalisation de ce projet qui va générer 3.500 à 5.000 emplois pour la jeunesse et la population de Sokodé, la mairie de la ville a octroyé un foncier d’une superficie de 12009m2 à la société porteuse. La mise à disposition du terrain a fait l’objet d’un bail emphythéotique de 70 ans signé le 31 décembre 2017 entre la mairie de Sokodé et la société SOGECASO, notarié et enregistré auprès de l’Office togolais des recettes (OTR). Seulement, trois personnalités dans la région font les pieds et les mains pour retarder le projet, selon les responsables de la société et leurs partenaires. Il s’agit de l’ex-Commissaire des Impôts à l’OTR, Adoyi Essowavana, du préfet de Tchaoudjo, le Colonel Monpion et de Me Kassah Traoré (Confère interview pour comprendre le problème).

De quoi s’agit-il dans le projet ?
Koffi Sylvain Sasse est le principal promoteur du projet. Il a mobilisé d’autres acteurs autour de son initiative, notamment le Groupement interprofessionnel des artisans du Togo (GIPATO), section Sokodé devenu aujourd’hui Centre de ressources pour l’artisanat (CRA), les entreprises étrangères et des membres de la diaspora africaine. Le projet, pôle d’attractivité économique « Sun Plazza », permettra de développer une économie circulaire pérenne dans la commune et ses villes environnantes. Il s’agit d’un ensemble commercial et de trois petites et moyennes agro-industries, d’un centre d’incubateur pour les start-ups, d’une micro-clinique ambulatoire dotée d’un laboratoire d’analyses médicales comprenant une radiologie avec scanner, échographie, RX, ophtalmologie et dentaire, d’un data center de 300 baies de niveau de sécurité 3 conformément aux directives contraignantes de la commission bancaire de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). « Ce data center gèrera toute la vie numérique de l’ensemble commercial, d’une dizaine de municipalités de toute la région Centrale togolaise, des villes environnantes et ses entreprises. Soit près de la totalité de l’outil de travail numérique : messageries électroniques, paies, commandes des bornes d’accès à la gestion des caméras de vidéosurveillance », a indiqué le promoteur, Sylvain Sasse. Et c’est cet ambitieux projet pour le développement de la ville de Sokodé et ses environs qui suscite des envies chez ces cadres qui font des manoeuvres pour retarder sa mise en oeuvre. A en croire les promoteurs, ces derniers veulent aussi avoir leur part dans le financement du projet. Ce que les promoteurs ne veulent en aucun cas.

Exclusif/Koffi Sylvain SASSE, sur un ambitieux projet à Sokodé
« Le projet Sun Plazza est une première dans toute l’histoire des pays d’Afrique »

Projet de construction de pôle d’attractivité économique « Sun Plazza » à Sokodé, voici le grand projet qui suscite de l’appétit chez l’ex-commissaire des Impôts, Adoyi Essowavana, le préfet de Tchaoudjo, le Colonel Monpion et Me Kassah Traoré. Koffi Sylvain Sasse, promoteur dudit projet et Administrateur Directeur Général de la Société de Gestion du Centre d’Affaires de Sokodé (SOGECASO), à travers cette interview, révèle les manoeuvres de ce trio pour tenter de faire échouer cet ambitieux projet qui, à terme, offira 3.500 à 5.000 emplois aux jeunes et à la population de Sokodé.

L’Alternative : Qu’est-ce qui bloque le démarrage effectif des travaux de ce pôle d’attractivité économique qui créera 3500 à 5000 emplois diplômants et non diplômants pour les jeunes et les habitants de Sokodé et de la Région centrale ?

Koffi Sylvain Sasse : Le blocage du démarrage effectif des travaux est dû aux manoeuvres sordides de prise d’otages de la Mairie de Sokodé, de la SOGECASO, des entreprises togolaises et étrangères partenaires de ce projet et des 3500 emplois pour les jeunes et les habitants de Sokodé et de la région Centrale par l’Ex-Commissaire des Impôts, ADOYI Essowavana, du Préfet de Tchaoudjo, le Colonel MOMPION et de Maître Riad KASSAH-TRAORE. Cela fait plus d’un an maintenant que dure cette prise d’otage et aujourd’hui où tous les pays du monde sont en récession économique en raison de la crise sanitaire du Coronavirus, ce trio s’entête dans sa cécité malsaine.

Comment ? Expliquez-nous un peu le problème.
En effet, la libération de la première partie du financement de deux (2) millions de dollars US, qui devrait permettre de débuter les travaux du chantier, était prévue pour le 19 juin 2019. Or cette date coïncidait avec l’adoption de la nouvelle loi n° 2019-006 du 26 juin 2019 et de la loi 2018-003 du 31 janvier 2018 portant modification de la loi numéro 20076-011 du 13 mars 2007 relative à la décentralisation et aux libertés locales en son article 142. La conséquence logique de cette loi oblige la mairie de Sokodé à se conformer à l’article 142 qui stipule : « … Le maire est chargé notamment de la conservation et de la gestion des propriétés de la commune et, par conséquent, en prenant toutes les mesures de protection à cette fin ». La SOGECASO et ses partenaires étaient dans l’obligation, en vertu de cette loi, de demander à la mairie de Sokodé d’établir le titre foncier sur le terrain de Komah cédé par bail emphytéotique notarié et enregistré auprès de l’Office Togolais des Recettes (OTR) sous le numéro : 2719627A afin de permettre les privilèges dudit contrat de bail emphytéotique.
 Pour pouvoir effectuer cette requête du titre foncier auprès du ministre des Finances et se conformer à cette nouvelle loi du 26 juin 2019 et au nouveau code foncier, la mairie de Sokodé et la SOGECASO ont effectué un avenant au contrat de bail emphytéotique en le ramenant à 50 ans. Cet avenant a été enregistré auprès de l’Office Togolais des Recettes (OTR) sous le numéro 2722769. Au nom des intérêts économiques et stratégiques de notre pays le Togo, le Conseil municipal présidé par le Président de la Délégation spéciale, M. Tchakpedéou a voté une délibération qui nous permettrait d’obtenir par la procédure d’urgence, le titre foncier afin de permettre la libération de cette première phase du financement de deux (2) millions de dollars US. Toutefois, cette délibération devrait être soumise au préfet de Tchaoudjo, le Colonel MOMPION pour le contrôle de conformité. Ce dernier, pour des raisons obscures et non valables, a refusé de signer la conformité de la délibération du Conseil municipal de Sokodé en avançant des mobiles fantaisistes et tribalistes, entre autres, notre Notaire, Maitre LARE Rolland n’était pas Tem d’origine et ne résidait pas à Sokodé, mais à Tsévié ou encore pourquoi, le promoteur, c’est-à-dire notre personne n’avait pas initié ce projet à Aného ou dans le Sud du Togo, mais à Sokodé, pour ne citer que ceux là. Tous les fonctionnaires de l’Office Togolais des Recettes (OTR) qui se sont mobilisés pour cette procédure d’urgence au nom des intérêts économiques et stratégiques de notre pays, de ses quelque 3500 à 5000 emplois pour sa jeunesse, entre autres, M. LABARI, étaient effarés par ces actes de sabotage économique du préfet Colonel MOMPION.

Qu’ont-t-il fait, le maire et le Conseil municipal face à ses chantages du préfet MOMPION ?
Face à ces manoeuvres du préfet MOMPION, les fonctionnaires de l’Office Togolais des Recettes (OTR) ont suggéré au Président de la Délégation spéciale de Sokodé, M. TCHAKPEDEOU de soumettre directement une requête au ministre des Finances. Le Président de la Délégation spéciale a alors formulé la requête en date du 20 août 2019 auprès du ministre des Finances (en facsilmilé) référencée sous le numéro : 373/MS/du 20/08/2019. Selon les informations obtenues auprès de la Secrétaire du ministre, Madame ASSOUMA, le ministre a donné son accord et le dossier avait été transféré le 26 Août 2019 aux services des domaines du ministère des Finances.
 Toutefois, en octobre, la nouvelle équipe municipale avec à sa tête M. OURO GBELE Tchanilé entrait en fonction. Le dossier lui a été transmis et devrait être la priorité de son mandat. Mais hélas ! Ce nouveau maire était en connivence aussitôt avec le préfet de Tchaoudjo, le Colonel MOMPION. Il traînait sur le dossier. Quand nous lui téléphonions, il ne prenait pas l’appel. Dès fois, selon ses humeurs, il nous envoyait des sms en nous exhortant de traiter ce dossier avec le préfet MOMPION et multipliait des manoeuvres dilatoires.
A titre d’exemple, il nous a demandé les mêmes documents et les sources de financement à plusieurs reprises. Ces manoeuvres de feu M. OURO GBELE Tchanilé avaient obligé la Cellule de veille stratégique et d’intelligence économique de la SOGECASO à le surveiller. C’est ainsi que lors d’une mission en Asie en 2019, il a pris sur lui tous les documents que SOGECASO lui avait transmis pour rencontrer les hommes d’affaires taiwanais et thaïlandais. Mais ces derniers ayant constaté que les entreprises américaines et européennes sont largement engagées dans le projet, ont refusé poliment son offre.

Donc vous avez été victime de tentative de détournement du projet Sun Plazza par le duo préfet Colonel MOMPION et le feu maire OUROGBELE Tchanilé ?
Exactement. Mais ils ont échoué dans toutes ces tentatives de détournement de ce projet très avancé grâce à notre cellule de veille stratégique et d’intelligence économique. Pourtant le duo Colonel MOMPION-OURO- GBELE Tchanilé a continué ses manigances en faisant entrer dès lors dans son jeu Me Riad TRAORE KASSAH.

Maître Riad KASSAH-TRAORE ?
Oui !

Pourquoi ?
OURO-GBELE Tchanilé, m’a envoyé un vocal whatsap me réclamant de lui envoyer de nouveau un mémo sur ce projet afin qu’il puisse le transmettre à un grand frère, célèbre spécialiste de Droit, Me Riad KASSAH-TRAORE. Le mémo lui a été transmis et au même moment, notre Cellule de veille stratégique et d’intelligence économique a diligenté une investigation exploratoire sur Me KASSAH. Les résultats de cette investigation révélaient que feu M. OURO GBELE Tchanilé faisait entrer Maître Riad KASSAH TRAORE dans le dossier, en raison de la future nomination de ce dernier au poste d’Ambassadeur du Togo au Koweit par le Chef de l’Etat dès sa réélection. Une fois nommé Ambassadeur du Togo au Koweit, Me KASSAH TRAORE vendrait le projet aux hommes d’affaires koweitiens.
Notre Cellule de veille stratégique et d’intelligence économique s’est également procuré un dossier des services français sur Me Riad KASSAH TRAORE, permettez-nous de vous épargner de ce dossier. Feu OURO-GBELE Tchanilé et Maître Riad KASSAH-TRAORE ne savaient pas que nous avons été pendant 17 ans journaliste politique et d’investigation à une période où il n’y avait pas d’internet et de réseaux sociaux. Ils croyaient avoir affaire à quelques concitoyens peu éclairés. C’est pour cette raison que Feu OURO-GBELE Tchanilé perdurait dans ses manoeuvres dilatoires sur ce dossier en attendant cette hypothétique nomination de Maître Riad KASSAH-TRAORE.
Mais les pressions incessantes de l’Ex-Président de la Délégation spéciale M. TCHAKPEDEOU et de certains chefs de village ont obligé le Commissaire de l’Office Togolais des Recettes (OTR) ADOYI Essowavana à s’impliquer dans le dossier. Ce dernier avait convoqué en novembre 2019, une réunion à Lomé avec le Maire OURO-GBELE Tchanilé, l’ex-Président de la Délégation spéciale M. TCHAKPEDEOU et certains cadres de Sokodé pour discussion sur ce dossier. Au lendemain de cette réunion, le feu maire M. OURO-GBELE Tchanilé nous avait informés par téléphone que c’était le Commissaire M. ADOYI Essowavana qui s’est chargé du dossier et que dorénavant celui-ci avancerait rapidement.

Quand ?
Il nous a dit seulement rapidement. Toutefois, dans la dernière semaine du mois de décembre 2019, nous avons interpellé le Commissaire de l’OTR, ADOYI Essowavana. Ce dernier nous a rassurés que le titre foncier serait disponible pour la mairie de Sokodé dans la première quinzaine de janvier 2020 et que cette dernière nous enverrait aussitôt la copie attendue pour l’enregistrement des privilèges du contrat de bail emphytéotique. Durant tout le mois de janvier 2020, nous avons téléphoné le maire de Sokodé OURO-GBELE Tchanilé, sans succès. Il ne prenait pas l’appel et ne rappelait pas. De même, le Commissaire ADOYI Essowavana ne prenait pas l’appel et ne rappelait pas. Certains membres du Conseil d’Administration de la SOGECASO étaient exaspérés par ces attitudes qu’ils qualifiaient d’arrogance et de mépris envers leurs administrés, leurs concitoyens et les partenaires économiques du Togo. Le Conseil d’Administration de la SOGECASO a dû contenir ces colères des divers acteurs du projet quand bien même celles-ci sont justifiées.

Donc ils ont bloqué à travers leurs manoeuvres dilatoires et de chantages la libération de l’emprunt privé de deux (2) millions de dollars US qui devrait intervenir, à défaut du 19 juin, le 30 septembre 2019 ?
Exactement. Ces attitudes du Maire OURO-GBELE Tchanilé et du Commissariat ADOYI ont fragilisé financièrement la ville de Sokodé, la région Centrale, la Société de Gestion du Centre d’Affaires de Sokodé ( SCISOGECASO), les entreprises togolaises et les sociétés étrangères prestataires qui attendaient les règlements de leurs prestations. La situation était intenable si bien qu’un ami étranger du Président de la République Faure Gnassingbé qui l’avait rencontré cette première quinzaine de janvier 2020, pour des raisons professionnelles, était sur le point d’exposer ces attitudes d’ADOYI Essowavana, de Riad KASSAH TRAORE et feu OURO-GBELE Tchanilé, au Chef de l’Etat, mais nous l’avons dissuadé de leur laisser le temps de prendre conscience des graves conséquences économiques et financières de leurs attitudes. Cependant cet ami du Chef de l’Etat est revenu à Lomé en février 2020 avec un mandat du Conseil d’Administration de la SOGECASO pour rencontrer le Commissaire ADOYI Essowavana. Ce dernier a été informé du mandat et de l’arrivée de cet ami du Président de la République à Lomé. Tout au long de son séjour, l’ami du Chef de l’Etat téléphonait et envoyait des sms à M. ADOYI Essowana qui ne prenait pas l’appel et ne répondait pas.

Vous êtes sérieux ?
Comme vous pourrez-le remarquer. Tout comme vous, les membres du Conseil d’Administration de la SOGECASO étaient dès lors très surpris par ces attitudes répétées du Commissaire ADOYI Essowavana et du défunt OURO-GBELE Tchanilé qui prenaient délibérément en otage les entreprises togolaises et les sociétés étrangères prestataires du projet Sun plazza, en traînant pendant plus de huit mois, sans remettre la copie du titre foncier de terrain de Komah cédé à la SOGECASO par bail emphytéotique afin de permettre les privilèges de cette dernière sur ce bail. Or selon l’arrêté interministériel N°002 /MEF/MVUHSP/MAPAH/MATDCL/2019 fixant le délai d’accomplissement des formalités afférentes aux actes et opérations en matière foncière du 8 Octobre 2019, le délai pour un titre foncier est de 180 jours (6 mois).
Certains chefs d’entreprises françaises menaçaient de saisir directement le Président français, Emmanuel Macron sur les manoeuvres d’extorsion de fonds d’ADOYI Essowavana; mais pour préserver l’image de notre pays le Togo et par respect à certains chefs de villages et aînés de Sokodé qui nous ont accompagnés dans ce projet, nous avons dissuadé ces patrons français.
Pourtant ADOYI Essowavana croyait que sa parade qui consistait à donner les bons d’essence de l’Etat et quelques billets de banque à des employés de la Présidence de la République pour bloquer les requêtes d’audiences de ses adversaires fonctionnait à merveille. Il a oublié que le Président de la République française Emmanuel Macron, n’a pas besoin de solliciter une requête d’audience chez un employé du Palais de la Marina avant de téléphoner ou d’être reçu par son homologue togolais Faure Gnassingbé.
Nous avons laissé par sagesse et par notre mentalité institutionnelle, le préfet Colonel MOMPION, Me Riad KASSAH TRAORE et ADOYI Essowavana continuer leurs manoeuvres de chantages. Il faut savoir différer ses décisions dans certaines circonstances.

Après ce délai légal fixé par l’arrêté interministériel N°002/ MEF/MVUHSP/ MAPAH/ MATDCL/ 2019 du 8 octobre 2019, quelle démarche avez-vous entreprise ?
Dépassés par ses chantages, nous avons envoyé le 6 mars 2020 un courriel envoyé au maire de Sokodé M. OURO-GBELE Tchanilé, avec copie à Maître KASSAH TRAORE, à M. TCHAGNAO ( Ex-Président de GIPATO et maire d’arrondissement de Sokodé), M. TCHACONDO (Président de CRA, ex GIPATO), Me LARE Rolland (Notaire de SOGECASO), M. TCHAKPEDEOU B. (ex-Président de la délégation Spéciale, Ancien maire de Sokodé) et à Maître Soraya SALEM de Herbert Smith Free Hills (www.herbertsmithfreehills.com), Marcel KPOGNON (Comptable), M. KETECHE Essossinam (Directeur des Services Techniques de la Mairie de Sokodé) et autres acteurs du projet Sun Plazza en appelant leur attention sur ces manoeuvres de prise d’otages qui pénalisent financièrement les entreprises togolaises et les sociétés
étrangères prestataires, la jeunesse et les habitants de Sokodé et de la région Centrale. Ce n’est qu’au lendemain de ce courriel du 6 mars 2020 qu’OURO-GBELE Tchanilé a commencé par s’activer sur ce dossier d’établissement du titre foncier avant sa mort subite, à la suite d’une crise cardiaque.

Et…
Au lendemain de sa mort en mai dernier, nous avons téléphoné au Commissaire ADOYI Esso-Wavana sur l’état d’avancement du dossier qui dure maintenant bientôt un an. Ce dernier nous a confirmé que le titre sera prêt dans la première quinzaine de juin et qu’il devrait rencontrer le ministre à cet effet, sans préciser de quel ministre il s’agissait.

Première quinzaine de janvier 2020, puis première quinzaine de juin 2020. Vous ne vous êtes pas interrogé sur ces promesses d’un haut cadre de services publics comme le Commissaire ADOYI Esso wavana ?
Si, nous nous sommes interrogés. Pire, à cette date de mi-juin 2020, lorsque nous l’avons relancé, le Commissaire ADOYI Essowavana a retorqué qu’il faut attendre l’élection du nouveau maire pour que ce dernier accélère la procédure. Le nouveau maire M. KORODOWOU AHINI Mankana a été élu fin juin 2020. Et le 12 juillet, ADOYI nous envoie un message en ces termes : « Nous avons élu un nouveau maire ce weekend ; les choses pourront mieux bouger ».

A-t-il rencontré le nouveau maire pour lui transmettre le dossier comme il vous avait confié ?
Le nouveau maire M. KORODOWOU AHINI Mankana a rencontré ADOYI Essowavana à Sokodé pour s’enquérir de l’état d ‘avancement du dossier d’établissement du titre foncier à la mairie de Sokodé pour ce projet de construction de pôle d’attractivité économique « Sun Plazza ». Au lieu de transmettre le dossier au nouveau maire, l’ex-Commissaire de l’OTR, ADOYI Essowavana, a une fois encore trouvé une dérobade en confiant à son interlocuteur que c’était le préfet MOMPION qui avait retardé le dossier et qu’aux dernières nouvelles, c’était madame la ministre de la Ville, Mme Koko AYEVA qui devrait signer le titre foncier. Et, qu’entretemps, il n’avait pas encore le temps de rencontrer la ministre.

Donc, ADOYI Essowavana a rencontré le maire de Sokodé, le bénéficiaire sans lui transmettre le dossier… ?
Oui. Il ne lui avait pas transmis le dossier contrairement à ses engagements pris en mai dernier, de s’en décharger au profit du maire M. KORODOWOU AHINI Mankana, qui est le représentant de la ville de Sokodé et le premier bénéficiaire légitime du titre foncier. Au contraire, il continuait ces manoeuvres dilatoires et de prise en otage délibérée de la SOGECASO, des partenaires économiques étrangers et des entreprises togolaises qui attendent les règlements de leurs prestations depuis plus d’un an. Ces derniers sont persuadés d’être l’objet de manoeuvres de chantage du Commissaire ADOYI Essowovana au-delà du délai des 180 jours fixé par l’arrêté interministériel N°002/MEF/MVUHSP/MAPAH/MATDCL/2019 fixant le délai d’accomplissement des formalités afférentes aux actes et opérations en matière foncière du 8 Octobre 2019.

Donc avec l’arrivée d’un nouveau maire, le dossier est toujours avec ADOYI Essowavana?
Exact . Le maire M. KORODOWOU AHINI Mankana a effectué ses propres investigations après sa rencontre avec ADOYI Essowavana. Il s’est rendu compte que ce n’était pas la ministre de la Ville, Mme Koko AYEVA qui devrait signer le titre foncier.

Le haut fonctionnaire de la fonction publique de notre pays a menti au maire de sa ville natale, pour conserver un dossier illégalement…
Incontestable, mais c’est triste. Pourtant le 22 juillet dernier, il nous envoie un message en ses termes : « Mon frère, je suis sur le dossier. C’est la disponibilité du MEF (Ministre de l’Economie et des Finances) dans cette situation de Covid 19 qui fait défaut. Je vais continuer ».

Et que lui avez-vous répondu ?
Nous ne ferons pas de commentaires ici sur ces attitudes du Haut cadre de la fonction publique qu’est Adoyi Essowavana. Pire, il nous a parlé de ministre des Finances qui devrait signer le dossier et quand il a rencontré le maire, il lui avait confié que c’était la ministre de la Ville qui devrait signer ledit dossier. Chaque lecteur appréciera.

Pourquoi Adoyi Essowavana, ne veut-il pas transmettre le dossier au Maire et se livre à ces jeux sordides avec des conséquences économique, financière et sociale sur les entreprises partenaires et les populations ?
Nous aussi, nous nous sommes interrogés sur ses attitudes. Le faisait-il pour détourner le projet ? Pire, jusqu’à son limogeage il y a quelques jours, il n’a toujours pas remis le dossier à l’actuel maire, M. KORODOWOU AHINI Mankana.

Qui a intérêt à ne pas voir Sokodé jouir d’un tel projet d’envergure ?
Nous n’avons pas froid aux yeux. Ce sont : l’ex-Commissaire de l’OTR ADOYI Essowavana, le préfet de Tchaoudjo le Colonel MOMPION et Maître Riad KASSAH-TRAORE. Ils ont ignoré, dans leurs postures, que ce sont les artisans du Groupement Interprofessionnel des Artisans du Togo (GIPATO) Section Sokodé aujourd’hui devenu Centre de Ressources pour l’Artisanat (CRA), les entreprises étrangères et les membres de la diaspora africaine qui ont, via un financement participatif, financé les études préliminaires et la garantie de cet emprunt privé nécessaire pour le projet. Ils voulaient que nous leur donnions de l’argent, mais comme ils ne pouvaient pas nous le demander directement, ils se sont livrés à cette prise d’otage de la mairie de Sokodé, de la SOGECASO, des entreprises togolaises et étrangères prestataires de ce projet de construction de pôle d’attractivité économique « Sun plazza» et des 3500 emplois pour les jeunes et les habitants de Sokodé et de la région centrale. Les deux millions de dollars US d’emprunt sont destinés aux travaux du chantier et non à distribuer à des fonctionnaires comme eux. Ils ont été nommés par le Chef de l’Etat pour servir leurs concitoyens et non pour leur soutirer des fonds via des chantages ou détourner des projets de leurs concitoyens pour les vendre aux étrangers au mépris des rapports de forces géopolitiques et du destin de notre pays le Togo dans les grands enjeux mondiaux. En outre, c’est un emprunt privé, ce n’est pas une subvention ni une aide des organismes institutionnels et étatique.
Permettez-nous de vous donner ici un exemple : pour la construction de latrines publiques dans une commune d’Abidjan (Côte d’Ivoire) d’un budget de 50.000 euros, le Maire de la capitale ivoirienne est allé solliciter une subvention auprès de l’Agence Française du Développement (AFD). Le Maire d’Abidjan ne peut-il pas lancer un appel à ses administrés pour un financement participatif pour ce projet de latrine ? Comment voulez-vous que les Français ne nous considèrent pas comme des éternels assistés, si pour de petits projets comme celui de la latrine publique, les Africains n’arrivent pas à financer ? Or pour le projet de construction de pôle d’attractivité économique « Sun Plazza » de Sokodé d’un budget de 17 millions, avec le patriotisme économique, les artisans du Groupement Interprofessionnel des Artisans du Togo (GIPATO) Section Sokodé aujourd’hui devenu Centre de Ressources pour l’Artisanat (CRA) et la diaspora africaine, nous avons pu lever ce fonds sans subvention, ni solliciter l’Union européenne, les agences de coopération (OIF, AFD etc..), le FMI, la Banque mondiale, etc.. Le projet “Sun Plazza”, est une première dans toute l’histoire des pays d’Afrique francophone. Imaginez-vous les émotions des membres de la diaspora africaine qui ont participé à ce projet, d’apprendre que c’étaient le préfet de Tchaoudjo (Sokodé) MOMPION et le haut cadre natif de Sokodé ADOYI Essowavana qui ont bloqué par leurs manoeuvres, le démarrage effectif des travaux de ce projet depuis plus d’un an. ?

Que comptez-vous faire pour que les lignes bougent ?
A la SOGECASO, nous sollicitons la bienveillante diligence du Chef de l’Etat et du ministre des Finances afin qu’ils mettent fin à cette prise d’otages de la mairie de Sokodé, de la SOGECASO, des entreprises togolaises et étrangères prestataires de ce projet de construction de pôle d’attractivité économique « Sun Plazza » et des 3500 emplois pour les jeunes et les habitants de Sokodé et de la région Centrale orchestrée par l’ex-Commissaire ADOYI Essowavana et sa clique le préfet Colonel MOMPION et Riad Me KASSAH TRAORE

Avec ce blocage, ne risquez-vous pas de perdre les partenaires, notamment financiers?
Non. Les partenaires qui sont avec nous connaissent bien le corpus de notre business model axé sur la décentralisation économique. En outre, ils savent que les 17 millions de dollars US d’emprunt privé qui serviront à construire le pôle d’attractivité économique « Sun Plazza » permettront de développer une économie circulaire pérenne dans la ville de Sokodé et dans toute la région Centrale. En d’autres termes, plus de 60% de cet investissement de 17 millions de dollars US resteront dans l’économie locale via trois petites agroindustries, des entreprises artisanales, des Petites et Moyennes Entreprises (PME), des Petites et Moyennes Industries (PMI), des Entreprises de Tailles Intermédiaires (ETI) et des startups. Nous-mêmes nous avons été pendant 14 ans gérant d’une entreprise familiale basée en France, SASSE’S CORPORATION SARL et propriétaire de la marque française Vivaldi Paris.

(www.vivaldi-paris.com). Nous sommes membres de plusieurs organisations patronales, de think-tanks et autres associations laïques liés à l’académie ecclésiastique pontificale et de la diaspora africaine. Notre parcours, nos expériences professionnelles et notre personnalité sont également des gages pour nos partenaires.
Nous vous remercions.

Source : L’Alternative

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo : Des hommes en civil enlèvent un opposant

Par Marcelle Apévi, togo-online.net « Cet après-midi du 27 novembre 2020 la DMK a, à sa demande, été reçue par le G5 composé des Ambassadeurs...

Cité au quotidien : La fin du cauchemar…

Par Maryse QUASHIE et Roger E. FOLIKOUEL’année 2020 tire vers sa fin. Il sera bientôt temps d’échanger des voeux pour 2021. Que...

Togo : Dodzi Kokoroko menace les enseignants grévistes

Les enseignants grévistes sont dans le viseur du ministre des Enseignements primaire et secondaire, Dodzi Kokoroko. Dans une note rendue publique le...

Communiqué de presse : L’ARCEP prend acte de la cessation des pratiques de différenciation tarifaire intra et inter-réseaux

LOME, Togo, le 26 novembre 2020 L’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) avait notifié, en date du 12 novembre...

Doc Farel, un artiste togolais de renom arrêté pour « cambriolage »

Par Marcelle Apévi« Le travail éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le vice et le besoin ». Jamais Voltaire ne...

Marche de la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) du 28 novembre, la FOSAP met en garde

Dans un communiqué en date du mercredi 25 novembre 2020, le Colonel Kodjo Amana de la Force Spéciale Anti-pandémie Covid-19 (FOSAP) fait...

Togo : Démantèlement d’un réseau de cambrioleurs

Togo - Selon la police, le Commissariat de Police de la ville de Tsévié a démantelé un réseau de cambrioleurs le 24...

Togo : Communiqué sanctionnant le conseil des ministres du 25 novembre 2020

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour sous la Présidence de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République.Le...
- Advertisement -
error: Content is protected !!