33 C
Lomé
Sunday, February 28, 2021

Togo : Binafame Kohan des FDR très en colère contre les mensonges de la Dynamique Mgr Kpodzro

Les unes des journaux

Togo : Binafame Kohan des FDR très en colère contre les mensonges de la Dynamique Mgr Kpodzro
BINAFAME Kohan Kidékiyime

HALTE À LA DIVERSION ET A LA RECHERCHE PERMANENTE DE BOUCS ÉMISSAIRES PAR LA DYNAMIQUE MONSEIGNEUR KPODZO

Le peuple attend que Agbéyomé Kodjo grâce à ses réseaux supposés vienne arracher lepouvoir pour réaliser l’alternance promise

Lorsqu’à l’approche de la dernière élection présidentielle, je disais que le scrutin ne serait qu’un braquage électoral de plus après ceux de 2010 et 2015, certains de nos compatriotes, notamment des partisans de la DMK faisaient croire aux populations que Agbéyomé Kodjo avait la formule magique pour réaliser l’alternance au soir du 22 février 2020. A l’époque, je disais, et beaucoup de personnes étaient du même avis que moi, que les conditions d’organisation de l’élection et la multitude des candidatures au sein de l’opposition étaient des éléments qui étaient de nature à baliser la voie pour un énième braquage électoral qui offrirait un quatrième mandat à Faure Gnassingbé. A cela, la DMK répondait que son candidat, monsieur Agbéyomé Kodjo, était un homme de réseaux, qu’il avait un carnet d’adresses bien fourni au plan international qui lui permettrait de réaliser l’alternance.

Pour donner du crédit à son mensonge, la dynamique a répandu sur les réseaux sociaux des photos qu’Agbéyomé avait prises avec le président Macron du temps où ce dernier était secrétaire d’Etat sous le président François Hollande ; un stratagème pour convaincre les Togolais que le président du MPDD était le choix de la France. Aussi la DMK avait-elle répandu sur les réseaux sociaux que son candidat, parce qu’ayant été pendant des décennies un idéologue du système Rpt-Unir, a de nombreux soutiens au sein du régime en place, aussi bien dans l’armée que dans l’appareil civil. Enfin, la DMK a joué sur la foi chrétienne de beaucoup de nos compatriotes pour leur faire avaler le mensonge que c’est le Saint-Esprit, c’est-à-dire Dieu qui avait inspiré Mgr. Kpodzro dans le choix d’Agbéyomé Kodjo pour réaliser l’alternance.

En clair, la DMK ne comptait nullement pas sur le soutien des autres partis et leaders de l’opposition pour réaliser l’alternance. Elle a laissé croire aux Togolais que la communauté internationale, notamment la France, les soutiens de Agbéyomé Kodjo au sein du système en place, et le Saint-Esprit allaient rendre impossible un braquage électoral par le système en place. Auréolé et galvanisé par cette promesse spirito-politique, Agbéyomé Kodjo va faire une promesse de gascon: ramener la victoire au peuple togolais au plus tard à midi, c’est-à-dire avant la fermeture des bureaux de vote, arguant que l’heure de Dieu n’est pas celle de la montre. Beaucoup de personnes ont cru que le miracle allait se produire avant l’heure officielle de fermeture des urnes.

Convaincu d’être le candidat désigné par le Ciel et soutenu par la Communauté internationale, l’ancien Premier ministre d’Eyadema avait alors rassuré les Togolais que s’ils portaient leur choix sur lui, ils n’auraient pas besoin d’aller à la plage. La référence à la plage est une moquerie à l’endroit de Jean-Pierre Fabre dont les marches de protestation pour dénoncer le braquage électoral dont il a été victime en 2010 débouchaient sur la plage.

Convaincu par ailleurs que ses différents soutiens (Dieu, la communauté internationale et ses amis dans le système en place) lui suffisaient pour devenir le président de la République, Agbéyomé a chargé son parrain, Mgr. Kpodzro, d’utiliser sa notoriété pour diaboliser les autres leaders de l’opposition en faisant croire aux populations qu’ils sont tous corrompus, des vendus qui soupent à la table de Faure Gnassingbé. L’archevêque émérite ne manquera pas d’occasion pour livrer les leaders de la C14 et l’ANC à la vindicte populaire sur la base de mensonges fabriqués par Agbéyomé Kodjo. Ainsi, les accusations de Mgr. Kpodzro à l’endroit des autres leaders ont été abondamment relayés sur les réseaux sociaux par les partisans de la DMK.

Le mensonge a été finalement découvert par la majorité des Togolais.

L’élection présidentielle, comme on pouvait s’y attendre, n’a été qu’une farce. Ni les prétendus soutiens du président du MPDD au sein du système qui nous régente et dans la communauté internationale, ni le Saint-Esprit n’ont pu empêcher la parodie d’élection. Conséquence, près d’un an après la farce électorale, l’alternance promise aux populations, se fait toujours attendre. *La DMK a fait distiller dans l’opinion que le président Faure Gnassingbé ne pourrait pas prêter serment. Mais en mai 2020, il a prêté serment. La DMK a fait croire que Faure ne pouvait pas former un gouvernement. Faure a formé un nouveau gouvernement, il y a plus de trois mois. La DMK a prophétisé et rassuré les Togolais que le pouvoir de Faure Gnassingbé tomberait avant le 31 décembre 2020. Ça aussi ne s’est pas produit*. Pendant ce temps, Agbéyomé Kodjo qui se disait prêt à mourir pour le peuple togolais, à peine effrayé par la justice qu’il a contribuée à bâtir dans notre pays, a pris la poudre d’escampette. Depuis son “champ de maïs”, il a nommé un gouvernement sans que cela n’ait une emprise sur la réalité. Le régime avec qui il était en lune de miel quelques mois avant le 22 février 2020 est toujours en place. Agbéyomé a nommé des ambassadeurs, mais jusqu’ici, aucun d’entre eux n’a pu se faire accréditer par un pays ami du Togo.

Les Togolais auraient pu naturellement espérer que ce regroupement autour du candidat du Saint-Esprit se repente après avoir compris que sa stratégie basée sur le mensonge et la diabolisation des autres leaders ne peut pas prospérer. *Au lieu de se remettre en cause, nos amis de la DMK ont redoublé d’ardeur dans le mensonge comme si c’était de cela que le Saint-Esprit a besoin pour agir*. C’est ainsi qu’après l’aasassinat du colonel Madjoulba, Agbéyomé , toute honte bue, a publiquement affirmé qu’il a été tué parce qu’il voulait l’alternance. La DMK a fait même distiller dans l’opinion que le colonel a été tué parce qu’il a refusé de remettre le drapeau au pdt Faure lors de sa prestation de serment. Si le ridicule pouvait tuer!

La recherche permanente de boucs émissaires

Conscients que leur mensonge est découvert par les Togolais, Agbéyomé et ses acolytes cherchent des boucs émissaires pour justifier leur incapacité à réaliser l’alternance promise avant 16 heures du 22 février 2020. Les Togolais savent désormais que la DMK n’avait ni le soutien de la communauté internationale, ni des gens dans l’appareil d’Etat et surtout qu’elle a menti contre le Saint-Esprit, qu’elle a blasphémé.

Ces derniers temps, les partisans de la dynamique se répandent sur les réseaux sociaux pour accuser les autres leaders de n’avoir pas reconnu clairement la victoire de Agbéyomé. Et pourtant, la DMK elle- même a été jusqu’ici incapable de prouver ladite victoire. *Il semblerait que pour pouvoir agir au profit d’Agbéyomé, le Saint-Esprit ait maintenant besoin que les autres leaders de l’opposition, notamment monsieur Jean Pierre Fabre et Me Apévon disent que le candidat de la DMK a remporté l’élection. Me Apévon notamment est devenu la nouvelle cible privilégiée de la DMK ces derniers temps*. Elle continue de déployer sa stratégie de destruction de l’opposition traditionnelle pour n’avoir pas soutenu son candidat. *La DMK accuse Me Apévon de comploter contre le peuple togolais parce qu’il continue de marteler que, face à l’impasse politique actuelle, il faut ouvrir une discussion entre les acteurs politiques pour la mise en œuvre des réformes qui s’imposent pour des élections désormais transparentes au Togo*. Faut-il rappeler au bon souvenir du sieur Agbéyomé Kodjo et de son fans-club qu’il avait déjà dit en 2015 que “les décisions de la cour suprême sont inattaquables”?

Pour ces adeptes du dénigrement, dialoguer avec le pouvoir en place, c’est comploter contre le peuple qui croupit sous le poids de la misère. Et pourtant, dans la lettre qu’ils ont adressée au ministre Boukpéssi, la CDPA, DSA, le MPDD et le NID, tous membres de la DMK disent clairement qu’ils sont pour le dialogue sur l’avenir de notre pays, sauf qu’ils posent comme préalable, l’inscription d’un point relatif au règlement du contentieux electoral du 22 février. Si les gens étaient sérieux dans ce pays, comment pourraient-ils être pour le dialogue et en même temps soutenir que tous ceux qui ne sont pas dans la DMK et veulent aussi dialoguer avec le pouvoir sont des personnes qui ne se soucient pas de la misère du peuple? La logique semble avoir déserté le camp de l’ancien président de l’Assemblée nationale.

A propos du dialogue, je voudrais que nos compatriotes comprennent que c’est un moyen de restaurer de manière durable la démocratie en panne dans notre pays. Par conséquent, les FDR et leur pdt national, Me Apévon, participeront à la concertation nationale des acteurs politiques. Aucune intimidation ne nous fera changer d’avis. Nous ferons ce qui est humainement possible pour qu’il en sorte quelque chose de vital pour le peuple. S’il y a des Togolais qui ont d’autres moyens de parvenir à restaurer la démocratie, qu’ils déploient leur stratégie sans diaboliser les autres.

La nouvelle trouvaille de la DMK : la misère du peuple

Comme si la DMK prenait les Togolais pour des idiots, elle se bat comme un beau diable pour présenter Agbéyomé comme un leader politique soucieux de la misère des populations et que Me Apévon serait celui qui se réjouit de la souffrance du peuple. C’est vraiment le monde à l’envers! Paix aux âmes de tous ceux et toutes celles qui sont morts de la misère qui leur a été infligée par le système en place et dont le candidat du Saint-Esprit fut l’une des têtes pensantes. Des fois, quand je lis et écoute certains de la DMK, j’ai l’impression que c’est quand Agbéyomé Kodjo est devenu un opposant versatile qu’ils ont découvert que les Togolais sont dans la misère. Un peu de sérieux, chers amis de la DMK, *votre chouchou (Agbéyomé) a dit publiquement qu’il fut le spécialiste en chef des braquages électoraux contre le peuple au profit du régime des Gnassingbé et que pour cela, personne ne peut voler sa victoire*. Dites-nous si en ce temps-là, le peuple togolais était moins miséreux que maintenant. Avant l’élection présidentielle à partir de laquelle vous semblez avoir découvert que le peuple croupit sous la misère, Agbéyomé aurait vendu une de ses maisons dans la caisse à 700 millions de francs CFA. Pouvez-vous dire aux Togolais où il a trouvé l’argent pour bâtir cette maison ? N’a-t-il pas été DG du port de Lomé lorsqu’il était l’un des courtisans du dictateur Eyadema dont il se croyait être le dauphin naturel? Qu’a-t-il fait avec les milliards qu’il a volés au peuple togolais ? Ça a circulé dans l’opinion qu’il avait à l’époque fêté des milliards. Qui a-t-il aidé à sortir de la misère ?

En 2015, Agbéyomé a battu campagne pour Faure Gnassingbé. Le peuple ne vivait-il pas dans la misère et ne voulait-il pas l’alternance ? *Non seulement votre “humaniste” avait fait campagne pour la perpétuation du système en place, il s’était surtout permis de faire un cours de droit constitutionnel aux Togolais en ces termes: ” Si la cour constitutionnelle proclame un candidat gagnant, il est président*. ». Il croyait à tort que l’enfer, ce sont seulement les autres. Non! Mes chers amis de la DMK, Dieu est juste. En tout cas la justice immanente est implacable. Les menteurs n’y échapperont pas. En 2017, 2018 et 2019, le peuple, cherchant à mettre fin à la misère qui l’accable, s’est battu de toutes ses forces pour venir à bout du régime qui nous régente. De quel côté Agbéyomé Kodjo s’était-il rangé? Du côté du peuple miséreux ou de la minorité au pouvoir grâce à la force?

Vous feignez de l’ignorer; je me fais le devoir de vous rappeler que c’est depuis l’université que votre champion Agbéyomé Kodjo a pactisé avec la dictature qu’il a contribué à enraciner y compris au pris du sacrifice des larmes à la Conférence nationale souveraine. Et en récompense de sa traîtrise à la cause du peuple qui ploie sous le joug de la dictature, le président Eyadema l’a couvert de tous les privilèges. En 1998, en campagne présidentielle à Tabligbo, celui qui est devenu par le mensonge, le candidat du Saint-Esprit, a déclaré publiquement que si l’opposition arrive au pouvoir, il va prendre les armes pour la combattre.

Il n’est devenu opposant pour quelques années que quand il a compris qu’il ne sera pas le successeur du Général Eyadema. Et comme le ridicule ne tue pas, certains veulent présenter un tel personnage qui, encore en 2019 était en concubinage politique incestueux avec le régime en place, comme celui qui est soucieux de la misère des Togolais. Vous ne réussirez pas à faire croire à la majorité des Togolais que votre Agbéyomé dont nous connaissons tous le parcours politique est un opposant au système en place. Car, comme le dit Mahatma Gandhi : « Le mensonge ne deviendra jamais la vérité, même s’il est universellement reconnu et enseigné ».

BINAFAME Kohan Kidékiyime

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo : Mathurin Atintoh appelle à utiliser toutes les couches sociales pour résister aux restrictions des libertés

Les Universités Sociales du Togo (UST) et le Front Citoyen Togo Debout (FCTD), dans le but de contribuer à une prise de...

Togo : Mgr Nicodème Barrigah-Benissan, je n’ai accompli aucune mission pour le pouvoir

En session ordinaire ce vendredi, la Conférence des Évêques du Togo (CET) a tenu sa première session de l’année 2021. Apportant son...

La HAAC au Togo ne va certainement pas à elle seule, refaire l’histoire de la presse dans le monde

Vincent Bolloré n'est pas encore jugé dans l'affaire de soutien occulte de certains régimes dictatoriaux en Afrique, même si déjà, il a...

Togo : Un trafiquant de drogue arrêté à Lomé par la Police

C’est dans un communiqué publié par la Police Nationale Togolaise dont voici l’intégralité : POINT DE PRESSE La Police nationale togolaise poursuit sa lutte...

CITE AU QUOTIDIEN : QUELLE EST LA CLE DU CHANGEMENT SOCIAL EN AFRIQUE FRANCOPHONE ?

Par Maryse QUASHIE et Roger E. FOLIKOUE24 février 2021 : on commente sur RFI les résultats provisoires de l’élection présidentielle au Niger....

Ce sujet m’a vraiment fait marrer…

Par Luc AbakiIl semblerait, selon les écrits que je viens de lire à l'instant sur les réseaux, que deux hommes se réclamant...

Togo : Vers le renforcement des restrictions à la liberté syndicale ?

Le gouvernement n’en finit pas du tout avec son projet de relire toutes les lois qui se rattachent aux libertés notamment de...

Univeristé de Lomé, Majoration des frais des UE de 24.000 à 315.000 FCFA : La mesure fait grincer des dents chez les étudiants étrangers

Est-il possible qu’au nom d’une certaine réciprocité ou d’une réforme, l’Université de Lomé (UL) décrète des augmentations des coûts d’achat des Unités...
- Advertisement -
error: Content is protected !!