Togo, ce pays hautement militarisé en haute insécurité

Togo, ce pays hautement militarisé en haute insécurité
Général Damehame Yark

Par Marcelle Apévi, togo-online.net
Les populations Togolaises sont livrées à elles mêmes depuis quelques mois. Selon un bilan dressé par le ministre de la Sécurité, Général Damehame Yark, plus de 45 cas de braquages enregistrés en six mois, avec 4 morts, 18 blessés et 142 millions de F CFA emportés par les bandits puissamment armés.

Samedi dernier dans la soirée, les malfrats ont encore frappé samedi à Bè-Kpehenou, dans une boutique d’alimentation et de transfert mobile. Le mode opératoire n’a pas changé : des tirs de sommation pour semer la panique et opérer en toute quiétude. Le choix des sites ne tient pas compte de la proximité avec les commissariats ou autres services militaires. Ce qui veut dire que les malfrats n’ont peur de rien. Des éléments probants prouvent qu’ils sont mieux informés et ont la parfaite la maîtrise des armes à feu.

Une panique générale s’installe aux côtés de la peur des populations de vaquer librement à leurs occupations et exécuter pleinement leur habitude de vie.

L’on a du mal à comprendre comment un pays si hautement militarisé, un pays où pour simple écrit sur Whatsapp, de pauvres innocents même des personnes en situation de handicap sont traqués, enlevés et gardés dans les locaux du service de renseignement et d’investigation, soit sous menace par des scènes de braquage à visage découvert. Et pourtant plusieurs centaines de milliards sont engloutis dans un service de sécurité qui a conduit à la pose de caméras de surveillance dans tous les coins et recoins de la capitale.

Investir des centaines de milliards dans la sécurité et être éprouvé par des braqueurs qui attaquent généralement à trois, selon les informations recueillies sur les lieux attaqués, c’est tout à fait paradoxal. L’on se demande s’il ne s’agit pas d’une opération bien connue et protégée à des fins bien claires et précises !

Plus on avance, mieux on se situe sur la thèse d’un groupe bien organisé pour une opération qu’on dissimule aux populations, victimes de tous les temps.

Face à cette situation dramatique, faire une sortie médiatique pour établir rien que des constats comme en a l’habitude le ministre Yark muni de sa yarkométrie, est une moquerie pure et simple. Ailleurs, il y aurait des ripostes claires et précises pour bouter hors d’état de nuire ces personne bien formées qui font peur à nos militaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.