28.1 C
Lomé
Wednesday, June 16, 2021

Togo : Déchéance de Togbui Edem Semékonawo ou la volonté des autorités politiques de positionner un bandit à la tête du canton

Les unes des journaux

Togo : Déchéance de Togbui Edem Semékonawo ou la volonté des autorités politiques de positionner un bandit à la tête du canton
Togbui Edem Kossi SEMEKONAWO

Nombreux sont ceux qui se posent des questions sur ce qui se passe réellement dans la famille royale des SEMEKONAWO. Les autorités de la préfecture du Golfe ont décidé d’interdire de fonction de chef canton, le Sieur Edem K. SEMEKONAWO du trône qu’il gère depuis le décès de son prédécesseur Innocent SEMEKONAWO. Aussi, l’on s’embrouille quand le Maire Aimé Djikounou de la Commune du Golfe 7 fait une intrusion fracassante dans le dossier, soi-disant dit-il dans son courrier « au vu de notre devoir de contribuer à la cohésion sociale et au vivre-ensemble des populations de notre ressort territorial nous voudrons vous notifier que toutes activités, par vous menées, auprès des populations du canton d’Aflao Sagbado, en qualité de Chef canton, vous sont interdites et doivent immédiatement arrêter ».

L’affaire fait la UNE des journaux et nombreux sont ceux qui se demandent s’il est inscrit dans les prérogatives d’un Maire le relai d’une décision portant déchéance
d’un Chef Canton, surtout que la Chefferie traditionnelle est régie par une loi au Togo.

Rappel :
Au lendemain de la disparition le 8 Septembre 2017 du feu Innocent Yaotsé SEMEKONAWO III, chef canton d’Aflao SAGBADO, Edem SEMEKONAWO son demi-frère assure le règne après s’être autoproclamé successeur du chef décédé, avec la bénédiction du chef suprême des Aflao, Togbui Fiti, aussi membre de la famille, venu du Ghana.

Contrairement au mensonge qui se raconte que la désignation de Edem Kossi SEMEKONAWO ne respecte pas des principes tels qu’établis dans la famille royale, il faut noter le dignitaire Fousséni Agblevon, selon les us et coutumes du milieu, avec l’approbation du doyen d’âge de la famille régnante, Gbéblèwu Kodjo Semekonawo ont procédé à la désignation et à l’intronisation de Togbui Edem Kossi SEMEKONAWO conformément à la coutume de la royauté dans le milieu. Ainsi, Togbui Edem Kossi SEMEKONAWO a été intronisé selon les rites traditionnels du trône royal.

Une chose est de respecter les us et coutumes reconnus au trône royal des SEMEKONAWO, une autre est la volonté des anciens préfets du Golfe de faire des manigances pour déchoir celui-ci au profit de personnes peu recommandables et de moralité douteuse pour assurer les règnes dans le canton d’Aflao Sagbado. Il faut aussi faire observer que lors des rites traditionnels de l’intronisation de Togbui Edem Kossi SEMEKONAWO qui se sont d’ailleurs bien déroulés, personne n’a opposé une quelconque résistance qui viendrait mettre en cause des années plus tard, le choix de celui-ci.

Une chose aussi est le refus des autorités administratives locales, gouvernementales et politiques de refuser de reconnaître un chef traditionnel désigné selon les principes établis conformément aux us et coutumes qui s’y rattachent. Le doyen d’âge de la famille royal, l’ensemble de la famille et le Conseil coutumier dirigé par Togbui Migbodji Ahiaba II ayant donné leur accord.

Dans leurs ambitions démesurées plutôt de nature à semer le trouble, des personnes peu recommandables appuyées par les autorités administratives locales réussissent à retourner le doyen d’âge de la famille contre Togbui Edem Kossi SEMEKONAWO, le manipulent et réclament le trône. Ces individus se revendiquant de la lignée de feu Semekonawo 1er s’opposent au choix qui respectent les us et coutumes et consentis à travers les rites traditionnels d’intronisation et tentent d’imposer en lieu et place de Togbui Edem Kossi SEMEKONAWO, soit Semekonawo Agbota ou soit Semekonawo Dosseh, tous deux fils de Semekonawo 1er.

N’est pas chef traditionnel qui veut l’être ni qui est désigné depuis des officines politiques. La chefferie traditionnelle est apolitique.
Ressusciter une vieille querelle et manipuler l’histoire pour parvenir à installer des badauds à la tête du canton d’Afalo Sagbado reviendrait à y semer le trouble que les Préfets et le Maire Aimé Djikounou tentent d’amputer à Togbui Edem Kossi SEMEKONAWO.

Selon les dignitaires du trône, Semekonawo Agbota et Semekonawo Dosseh ne conviennent pas pour succéder à feu Togbui Innocent SEMEKONAWO. Pour raison, Semekonawo Agbota appartient à la lignée des régents, ce qui le disqualifie d’office de son ambition d’être chef. Semekonawo Dosseh quant à lui est un individu de moralité douteuse qui ne fait que l’aller-retour de la prison civile de Lomé, pour des affaires troubles notamment double, triple voire quadruple vente de terrains.

Comment les autorités de la préfecture du Golfe peuvent-ils, au regard de ces réalités qui sautent aux yeux, nourrir la haine, allant jusqu’à préférer des diables à la place d’un agneau qui depuis son intronisation, ne souffre d’aucune affaire qui pourrait le décrédibiliser aux yeux du conseil royal ou des communautés du canton d’Aflao Sagbado ? Quel but poursuivent ces préfets, si ce n’est que pour propulser des marionnettes à la tête du canton pour poursuivre de sales besognes y compris la vente anarchique des terrains, dans une impunité totale ?

La Constitution togolaise dans toutes ses versions originelle et tripatouillée en son article 143 est claire : « l’Etat togolais reconnaît la chefferie traditionnelle, gardienne des us et coutume. La désignation et l’intronisation du chef traditionnel obéissent aux us et coutumes de la localité ».
On ne peut donc pas permettre que sur un coup de tête, des préfets violent la Constitution pour assouvir leur propre besoin, en décidant de la déchéance d’un chef pour en imposer un autre selon leur propre convenance.

Marcelle Apévi

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo : La solution « magique » de la STT contre l’inflation et la hausse des prix des produits pétroliers

Ces derniers jours, les Togolais se plaignent de la cherté de la vie. Pour cause, les produits de première nécessité ont connu...

Covid-19 Togo : 4 nouvelles contaminations dans la préfecture d’Agoe

Hier, quatre nouveaux cas positifs ont été enregistrés dans la préfecture d’Agoe. C’est ce qu’indique le site officiel du gouvernement. Le même site...

Togo : Agbeyomé Kodjo va faire un voyage sans retour

Telle est la prophétie faite par Maranatha Mashia’h de l’église « clinique Immanuel Temple du Saint Esprit », récemment fermée au Togo. Même...

Que sont devenues Réckya Madougou et ses valises d’argent dont parlait Patrice Talon?

Par Samari Tchadjobo «Elle débarque avec des valises d’argent, des sponsors de chefs d’Etat des pays voisins, a indiqué Patrice Talon dans...

Togo : Curieux silence des associations de consommateurs

La vie chère s'accentue, intensifiant la souffrance des populations Togolaises qui tirent déjà le diable par la queue. La situation est plus...

LIBERTÉ POUR DJIMON ORÈ ET TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES DU RÉGIME GNASSINGBÉ

Par Ayayi Togoata APEDO-AMAHLa présence de prisonniers politiques dans les geôles du régime policier constitue un cinglant démenti à la fiction de...

Lutte pour la démocratie au Togo : les leçons de l’heure

"Lutte pour la démocratie au Togo : les leçons de l’heure", c’est le titre d’une tribune publiée sur Facebook par Gnimdéwa Atakpama,...

La faute aux quatre coups KO: que les crétins louangeurs sortent des bois!

Par Kodjo EpouQuelque chose, en nous, s'est brisé. Le Togolais est devenu indéfinissable, même méconnaissable. Son pays aussi l'est, et en pire,...
- Advertisement -
error: Content is protected !!