27.9 C
Lomé
Monday, March 1, 2021

Togo : Le plaidoyer de l’AUSEP pour des députés plus actifs dans le contrôle de l’action gouvernementale

Les unes des journaux

Togo : Le plaidoyer de l’AUSEP pour des députés plus actifs dans le contrôle de l’action gouvernementale
L’Association des Usagers du Service Public Togolais (AUSEP) ce 21 janvier 2021 dans la salle CEDEAO (CASEF)

Dans le cadre de la célébration de la première édition de la semaine du parlementaire et aussi de la mise en œuvre du projet d’appui à l’instauration de la bonne gouvernance administrative et parlementaire au Togo, l’Association des Usagers du Service Public Togolais (AUSEP) a organisé ce 21 janvier 2021, un débat citoyen sur la chose parlementaire.

La salle CEDEAO du Centre Administratif et des Services Economiques et Financiers (CASEF) a accueilli ce rendez-vous qui a rassemblé journalistes et parlementaires autour de deux thèmes fondamentaux à savoir « les outils et les freins à l’exercice de la fonction de contrôle parlementaire de l’action gouvernementale au Togo » et « les enjeux et limites liés à l’exécution du budget-programme au Togo ».

Dans sa communication portant sur le premier thème, Ouro-Akpo Tchagnao, ancien député de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), vice-président de la commission des finances de la cinquième législature a expliqué aux participants, les fondements du budget-programme qui est un instrument de mise en œuvre de la politique de développement axé sur les objectifs et le résultat, faisant appel à la discipline budgétaire, à la transparence et à la démocratie. Ce qui nécessite la mise en place de mécanismes qui permettent de créer des conditions pour informer le peuple de la gestion des ressources financières de l’Etat, assurer la sincérité dans les prévisions, opter pour la déconcentration de la fonction de l’ordonnateur de budget et assurer le contrôle financier. Il a appelé les uns et les autres à jouer le rôle du bon policier positionné au niveau des feux tricolores afin de faire respecter les lois et mettre fin aux violations de celles-ci.

Le deuxième thème a été présenté par KARIYIARE Kampatibe, consultant en gouvernance et président de l’AUSEPT. Dans son exposé, le président de l’AUSEP est revenu sur le rôle de l’Assemblée Nationale qui consiste à voter la loi, à contrôler l’action gouvernementale et à représenter le peuple. Ainsi, le parlement dans sa mission, œuvre à garantir la transparence de l’action gouvernementale, donc à responsabiliser le pouvoir exécutif, approuver et examiner minutieusement les lois, soutenir l’Etat de Droit, examiner d’éventuelles arbitraires et abus d’autorités… bref, l’Assemblée nationale est appelée à combler le déficit démocratique.

Il établit un constat qui nécessite une refondation de l’Assemblée nationale pour mettre fin aux obstacles et limites qui empêchent le député de jouer efficacement son rôle dont le déficit est dû à la discipline de parti, le mode de vote à main levée qui expose le parlementaire, la redevabilité des débutés à des personnalités du pouvoir ou du moins qui leur ont donné onction pour représenter le peuple, l’insuffisance des ressources humaines et financières, l’absence de professionnalisation de la fonction de député, l’inorganisation des partis politiques, l’illégitimité des députés, l’insuffisance de la pression médiatique et de la société civile, le vote mécanique qu’il faut d’ailleurs bannir, l’initiative du mode de l’autocensure.

Comme le dit Guy Carcassonne, « Ce qui manque à l’Assemblée nationale, ce ne sont pas les pouvoirs, mais les députés pour les exercer ». Cette formule lapidaire évoquée par KARIYIARE Kampatibe s’explique dans le cas togolais par la nature de l’Etat qui est néo patrimoniaux avec les institutions, toute l’administration, l’armée, les ressources publiques etc. concentrées entre les mains du chef de l’Etat. Il est rejoint par Ouro-Akpo Tchagnao selon qui le Togo serait sous un régime présidentiel de type libéral.

Les deux communicateurs ont appelé les organisations de la société civile et les médias à jouer leur rôle pour amener à une prise de conscience qui va conduire à la mise en place d’une Assemblée nationale assez représentative avec des députés légitimes qui jouent efficacement leur rôle notamment le contrôle de l’action gouvernementale.

Antoine Agouvon

- Advertisement -

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Les derniers articles

Togo : Mathurin Atintoh appelle à utiliser toutes les couches sociales pour résister aux restrictions des libertés

Les Universités Sociales du Togo (UST) et le Front Citoyen Togo Debout (FCTD), dans le but de contribuer à une prise de...

Togo : Mgr Nicodème Barrigah-Benissan, je n’ai accompli aucune mission pour le pouvoir

En session ordinaire ce vendredi, la Conférence des Évêques du Togo (CET) a tenu sa première session de l’année 2021. Apportant son...

La HAAC au Togo ne va certainement pas à elle seule, refaire l’histoire de la presse dans le monde

Vincent Bolloré n'est pas encore jugé dans l'affaire de soutien occulte de certains régimes dictatoriaux en Afrique, même si déjà, il a...

Togo : Un trafiquant de drogue arrêté à Lomé par la Police

C’est dans un communiqué publié par la Police Nationale Togolaise dont voici l’intégralité : POINT DE PRESSE La Police nationale togolaise poursuit sa lutte...

CITE AU QUOTIDIEN : QUELLE EST LA CLE DU CHANGEMENT SOCIAL EN AFRIQUE FRANCOPHONE ?

Par Maryse QUASHIE et Roger E. FOLIKOUE24 février 2021 : on commente sur RFI les résultats provisoires de l’élection présidentielle au Niger....

Ce sujet m’a vraiment fait marrer…

Par Luc AbakiIl semblerait, selon les écrits que je viens de lire à l'instant sur les réseaux, que deux hommes se réclamant...

Togo : Vers le renforcement des restrictions à la liberté syndicale ?

Le gouvernement n’en finit pas du tout avec son projet de relire toutes les lois qui se rattachent aux libertés notamment de...

Univeristé de Lomé, Majoration des frais des UE de 24.000 à 315.000 FCFA : La mesure fait grincer des dents chez les étudiants étrangers

Est-il possible qu’au nom d’une certaine réciprocité ou d’une réforme, l’Université de Lomé (UL) décrète des augmentations des coûts d’achat des Unités...
- Advertisement -
error: Content is protected !!