Togo, les forces de l’ordre usent de balles réelles contre les vendeurs de carburant illicite

Togo, les forces de l’ordre usent de balles réelles contre les vendeurs de carburant illiciteLes faits remontent au samedi 02 novembre dans la préfecture des lacs à quelques kilomètres de Lomé la capitale. De violents affrontements ont opposés les éléments du premier régiment d’infanterie, les militaires donc et les vendeurs de carburant dit illicite. Bilan un mort et plusieurs blessés.

Depuis quelques temps le gouvernement togolais dit mener un combat contre la commercialisation de l’essence frelatée mais le pouvoir de Faure Gnassingbé n’a trouvé d’autres moyens que de mener ce combat qu’avec des armes à balles réelles. Dans le cas d’espèce, outre la police et la gendarmerie sont mises à contribution les forces militaires.

Le gouvernement togolais qui continue de soutenir la vente à prix élevé du carburant même quand le baril de pétrole vient à chuter ne comprend pas que les populations et les usagers de la route puissent continuer au péril de leur vie à se procurer les produits pétroliers vendus illicitement.

Au lieu de prendre la mesure de la situation et de comprendre les raisons véritables qui font que ce trafic malgré l’usage de balles réelles continuent de prospérer fait la sourde oreille et reste dans la logique d’utiliser les muscles et les armes face à une problématique qu’il sied d’aborder avec doigté et humanisme.

Le ministre de la sécurité champion en déclaration teintée de regrets en ces genres de circonstance s’en est encore fendu sans doute sans aucune suite. Les enquêtes annoncées le sont pour amuser la galerie et endormir les populations.

Que l’armée chargée de défendre l’intégrité territoriale vienne à se défaire de son rôle premier et s’en prendre aux populations civiles, aux mains nues est d’une extrême gravité. L’analyse du bilan de cette volonté délibérée de s’en prendre aux supposés vendeurs de carburant doit faire réfléchir les défenseurs des droits de l’homme qui doivent interpeller le régime de Faure Gnassingbé contre ses agissements d’une époque totalement révolue.

L’association ensemble pour les droits de l’homme dans une déclaration spontanée tout en présentant ses compassions aux victimes de cette bavure militaire demande instamment l’ouverture d’une enquête afin que les auteurs de ces incidents qui ont coûté la vie à une personne et fait au moins 06 blessés répondent de leurs actes.

Fabbi Kouassi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.