Togo : Yark Damehame tente de dissimuler le crime de Félix Katanga

Togo : Yark Damehame tente de dissimuler le crime de Félix Kadanga
Yark Damehame

Par Serge Lemask, togo-online.net

Depuis samedi, une vidéo et des images font le tour des réseaux sociaux montrant le chef d’Etat-major général des Forces armées togolaises (FAT), le Gal Félix Katanga tirant sur un jeune homme lors de la manifestation de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition.

Intervenant lundi soir sur la télévision nationale (TVT), le ministre de la sécurité et de la protection civile, le Gal Yark Damehame, déclare que le chef d’Etat-major général des Forces armées togolaises (FAT) n’est pas l’auteur du tir qui a ôté la vie du jeune homme.  A l’en croire, Félix Katanga était présent sur le terrain mais sa sortie entre dans le cadre d’une mission de routine pour voir l’efficacité du dispositif de sécurité.

«Effectivement, le chef d’Etat-major général, comme à l’accoutumée, lorsqu’il y a un dispositif de sécurité sur le terrain, il sort pour vérifier l’efficacité. Quand il a évolué, il est tombé sur la barricade », a-t-il déclaré Et d’ajouter : « Le véhicule a manœuvré pour faire marche-arrière.  C’est au moment de la manœuvre qu’il a aperçu que l’escorte qui était derrière avait sorti l’arme sans en faire usage.  Il lui a intimé l’ordre de ranger l’arme et ils ont rebroussé chemin ».

Poursuivant dans sa logique, le ministre Yark Damehame, soutient que la vidéo dans laquelle l’on aperçoit le chef d’Etat-major général, tirer sur le jeune homme a été travaillée.

« On a une musique de fond qui annonce un film. Les fans des cinémas en savent quelque chose. Il y aussi un bruit semblant à celui d’un hélicoptère et un monsieur qui cite le nom du chef d’Etat-major général dans ce brouhaha », a t-il argumenté avant de faire croire que les analyses ont montré que les 2 corps portent l’impact de billes et non de balles.

En tout cas, ce n’est pas la première fois que le gouvernement tente de se disculper en abreuvant les populations de mensonges. Ce que le ministre Yark ignore est qu’il y avait des témoins oculaires de la scène et que les vidéos corroborent leurs témoignages. Une chose est sûre, les explications et arguments du général de brigade n’ont convaincu personne.

D’ailleurs, certaines indiscrétions font état de ce que des pressions seraient faites sur les familles des deux morts par balles pour aller retirer et procéder à l’inhumation des corps de leurs défunts.  Ce que les familles récusent tout en exigeant que justice soit faite, bien évidemment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.