Trois enfants meurent noyés à Avenou

Trois enfants meurent noyés à Avenou

Par Marcelle Apévi, togo-online.net
Une forte pluie a surpris les populations de la capitale togolaise, dans la nuit du 16 au 17 mars 2019. Plusieurs dégâts matériels et des pertes en vies humaines ont été enregistrés. Comme d’habitude, le rôle du médecin après la mort de certains natifs qui jouent aux autorités compétentes devant la misère de leurs propres frères a été déterminant.

Ce n’est un secret pour personne que la zone dénommée Lac Péréké et le fief de la famille Nana sont toujours inondés à la petite goutte de pluie. Le chef du quartier, Togbui Alipui Nana a été à l’origine de plusieurs initiatives avec le soutien et l’implication des acheteurs de terrain comme on les appelle, en vue de trouver une solution à la situation. Mais c’est peine perdue.

Trois enfants meurent noyés à Avenou
Le Préfet du Golfe Monsieur Komlan Agbotsè (G) s’est rendu sur les lieux

La nuit dernière, alors que ces pauvres populations dormaient tranquillement dans leur chambre, l’eau, à une forte pression a démoli le mur qui dans sa chute, a fait des victimes. Une foule immense s’est mobilisée pour aller constater le dégât, y compris le représentant du pouvoir central comme on l’appelle, comme quoi, au Togo, on aime constater les dégâts, plutôt que régler le problème qui cause les dégâts.

Suites aux différentes initiatives, il est ressorti qu’il faut construire deux retenues d’eau, une au niveau du lac Péréké, une au niveau de la zone des Nana. On dira que ceux-ci ont refusé de céder leurs maisons pour cette solution efficace et durable. L’on se demande quelle bonne proposition de délocalisation l’autorité a t-elle faite aux populations concernées pour que celles-ci refusent d’évacuer les lieux?

Trois enfants meurent noyés à Avenou
Trois enfants meurent noyés à Avenou

Dans tous les pays qui connaissent ce genre de situation, la délocalisation des populations a toujours été la meilleure solution, à défaut de trouver une plus durable et moins coûteuse qui permet de maintenir les habitants. Ici, on se cache derrière des arguties pour punir une population qui ne vote pas massivement le RPT/UNIR, lors des joutes électorales, et c’est ce qui se dit bas par des soi-disant cadres.

Face à la tristesse provoquée par le décès de ces trois enfants, les populations inquiètes de ce que les prochains jours leur réservent ne savent pas à quel saint se vouer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.