UNIR dame les pions au RPT

Gilbert Bawara
Gilbert Bawara

Gilbert Bawara
Gilbert Bawara
L’occasion du dépôt de gerbes sur le monument aux morts, lors de la commémoration de la journée des martys, dimanche dernier, a été une parfaite illustration de la guerre des tranchées qui bat son plein dans le régime RPT/UNIR. Semblable à une véritable guerre de loup qui se dévorent, les partisans de UNIR et leurs ainés caciques du RPT ne se font pas bon voisinage. A chaque niveau, tout se fait pour démontrer la force et la capacité d’émerger à la surface de l’eau.

C’est le cas de cette situation qui a été suivi dimanche, lors de cette cérémonie, où malgré la présence effective du nouveau premier ministre, Selom Komi Klassou, c’est curieusement le ministre de l’administration territorial sortant, Gilbert Bawara, Alias « la vache qui rit » qui a déposé les gerbes, en qualité de représentant personnel du chef de l’Etat. Acte isolé ou encore affaire non lieu pour certains. Sauf que pour d’autres, il s’agit d’un signe qui justifie le combat qui se déroule au sein du régime depuis quelques mois. Conservateurs et réformateurs se livrent une guerre pour prendre le contrôle de la barque que Faure Gnassingbé semble bien dirigée, avec une prise en charge qui ne dit pas son nom. Surtout avec l’armée qui incarne l’aile dur de ce régime, la guerre déchirent mais silencieusement. Sans bruit, ni tambours, les militants et sympathisants de UNIR assistent stériles à l’ascendance des caciques du RPT. Mais loin de se laisser faire, les quelques rares courageux comme Gilbert Bawara se font remarquer comme pour dire « nous existons ». Mais en réalité, UNIR est en train de perdre la main, au profit du RPT.

Jean-Luc Ablodévi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.