Violences lors de la campagne électorale: L’Asvitto accuse le HCRRUN et la CNDH pour leur silence coupable

Violences lors de la campagne électorale: L’Asvitto accuse le HCRRUN et la CNDH pour leur silence coupable
ATCHOLI KAO Monzolouwè

Par Serge Lemask, togo-online.net
Lors de la campagne électorale pour le compte de la présidentielle du 22 février prochain, la tâche n’a pas été facile pour les candidats de l’opposition notamment Jean Pierre Fabre et Agbeyomé Kodjo dans certaines localités du pays. Les meetings de ces derniers ont connu d’énormes difficultés qui ont suscité des réactions. L’Association des Victoires de Torture au Togo (Asvitto) a dans un communiqué pointé d’un doigt accusateur la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) et le HCRRUN pour leur silence coupable. Lisez!

VIOLATION DU CODE ÉLECTORAL ET ENTRAVES AUX DROITS ET LIBERTÉS DES CANDIDATS DE L’OPPOSITION : LE SILENCE COMPLICE DE LA COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L’HOMME ET DU HCRRUN

Depuis l’ouverture officielle de la campagne électorale pour le compte de la présidentielle du 22 février 2020 au Togo, que d’événements anti démocratiques sont observés sur toute l’étendue du territoire national dont les plus inquiétants sont enregistrés dans la partie septentrionale du pays. Que ce soit dans les localités d’Afangna, Cinkassé, Gando, Sotouboua, Guérin-kouka ou Bassar, de nombreuses entraves aux droits et libertés des candidats de l’opposition sont constatées. Ces formes d’obstruction sur fond de provocation proviennent des autorités préfectorales qui manipulent des esprits légers au vu et au su des observateurs de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), et ce, depuis plusieurs jours. Ces incidents majeurs constituent des signaux inquiétants et risquent de plonger le pays dans une situation incontrôlable dans les heures à venir. Devant ces braises ardentes, l’ASVITTO s’étonne du silence de la CNDH et du HCRRUN qui jouent à l’indifférence et à l’insouciance.

Eu égard à ces signes précurseurs de violences post électorales, l’ASVITTO vient tirer sur la sonnette d’alarme en interpellant Mesdames Nakpa POLO et Awa Nana DABOYA, respectivement présidente de la CNDH et du HCRRUN, à affronter leurs obligations avec responsabilité et conscience citoyenne. Elles sont interpellées en toute urgence, à faire respecter les droits des candidats et des électeurs conformément aux lois républicaines et aux recommandations de la CVJR, en vue de prévenir les violences qui s’annoncent.

Fait à Lomé, 18 février 2020
Pour l’ASVITTO
Le Président
M. ATCHOLI KAO Monzolouwè

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.